Un road-trip en Patagonie : où, comment et pourquoi ?! Et en photos !

image

Il y a de quoi avoir le vertige. Prenez une carte d’Amérique du Sud et comparez sa taille avec le reste du continent. Répartie entre le Chili et l’Argentine, la Patagonie est un territoire immense. Alors comment la découvrir ? En road-trip bien sûr !

road-trip-patagonie-actisphere-36

L’auto-stop est une partie de plaisir en Argentine. Nous l’avons testé sur quelques centaines de kilomètres entre Buenos Aires et Santa Fe, sans difficultés. On a même reçu des petits cadeaux, des propositions d’hébergement et des bisous ! Mais pour la Patagonie, c’est une autre histoire. Les distances sont gigantesques entre deux points d’intérêt (exemple : 1500km entre Buenos Aires et la péninsule Valdès, rien que pour commencer). L’attente peut être longue car la grande majorité de la Patagonie est désertique. Cependant, avec un peu de chance, on peut tomber sur un routier longue distance et rejoindre en quelques jours le sud de la région. J’ai croisé quelques voyageurs ayant attendu seulement 1h et qui ont ensuite filé jusqu’au sud de la Patagonie.

Notre road-trip en Patagonie, en bref !

Notre road-trip en Patagonie, en bref !

Mais si l’on n’a pas opté pour cette option c’est pour une autre raison. Cette fois nous sommes trois personnes. Mon pote Thomas nous a rejoint depuis la France pour découvrir ensemble la Patagonie. Sur une longue distance, l’auto-stop à trois est inenvisageable. Quant au bus, le prix est prohibitif, même si la chute du peso argentin nous avantage. On a parcouru quelques blogs, posé la question à nos amis argentins, gardé l’oeil sur le compte twitter de bravofly pour trouver des bons plans… Et la solution du road-trip paraissait la meilleure.

Voilà pourquoi, depuis Buenos Aires, nous avons loué une voiture pour vingt jours ! Ajoutons qu’au volant, on ressent un profond sentiment de liberté à parcourir les milliers de kilomètres semi-désertiques de cette région fascinante.

Indispensable : le maté.

Indispensable : le maté.

Quelques conseils si vous souhaitez louer une voiture en Argentine  :

  • Certains loueurs (comme Europcar) exigent que les non-argentins règlent leur facture en dollars ou euros. Préférez alors un loueur qui acceptent les pesos argentins et la facture baisse d’au moins 30% (exemple : Sixt).
  • La plupart des routes sont en bon état (un peu moins dans le sud) alors n’hésitez pas à prendre le modèle économique.
  • Partez avec une tente et du matériel de camping. Certaines villes sont très éloignées et il se pourrait que le sommeil arrive en plein milieu de la Pampa désertique.
  • Munissez-vous de la carte routière YPF, la plus récente et complète
  • Achetez un maté et plus d’un kilo de yerba car de longues heures au volant vous attendent (Vous saviez que la yerba maté empêche de dormir ?!).
  • Oubliez les règles de conduite, elles vous seront inutiles. Bon ok j’exagère, mais quand même !

L’Argentine traverse une crise monétaire durable, alors tenez-vous au courant des fluctuations avant de partir. Tout peut changer d’un jour à l’autre !


CARNET DE BORD

Avant de nous lancer sur les routes de Patagonie, deux lieux nous attiraient particulièrement : la péninsule Valdès et le glacier Perito Moreno. Pour le reste, le hasard du voyage décidera pour nous. Nous partons avec deux tentes (pour trois) et notre réchaud pour cuisiner sur la route.

La route à l’infini

Les longues routes font aussi partie du voyage. Parfois, l’irruption d’animaux ou le déclenchement d’un orage viennent troubler le calme plat des routes interminables. C’est le cas dès les premiers kilomètres !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Voici les temps forts de notre road-trip en Patagonie argentine. Nous listons nos lieux et expériences favorites, mais attention, cette liste n’est absolument pas exhaustive !

La route N°3, tout près de l’océan

Pourquoi on a aimé ? S’arrêter au bord de la route, camper près de l’océan, sentir les premiers rayons de soleil devant les vagues… Depuis Buenos Aires, on roule quelques centaines de kilomètres jusqu’à retrouver le contour de la côte atlantique.

Aux environs de Bahia blanca

Aux environs de Bahia blanca

Notre budget étant limité, nous avons tout ce qu’il faut pour être indépendants.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les 1 500km qui nous séparent de la Péninsule Valdès sont une partie de plaisir. Nous multiplions les escales pour apprécier la lente descente du soleil sur l’océan atlantique. Jamais nous n’avons été embêtés lorsque nous plantions notre tente.

road-trip-patagonie-actisphere-20 road-trip-patagonie-actisphere-19

La péninsule Valdès pour la faune marine

Pourquoi on a aimé ?  C’est un autre monde tout simplement. 

Ce petit bout de terre qui pend au large de l’Argentine comme une excroissance est une pure merveille. Il suffit de passer l’isthme Carlos Ameghino pour se retrouver dans un milieu plat et aride, parsemé de jarillas, ces arbustes très rares.

road-trip-patagonie-actisphere-44

road-trip-patagonie-actisphere-46

Mais c’est la faune qui se réfugie sur la côte de la péninsule qui attire tous les curieux. C’est un sanctuaire unique au monde, de par sa faible superficie et la concentration de mammifères marins.

Ici on peut voir : baleines, manchots, otaries, orques, dauphins… en très grande quantité !

road-trip-patagonie-actisphere-45

Attention, il y a aussi des créatures terrestres. Certaines déboulent sur le route brusquement. Prudence !

road-trip-patagonie-actisphere-47

road-trip-patagonie-actisphere-43

Le paradis des baleines

Les baleines nous ont offert un spectacle digne d’une comédie musicale ! L’excursion nous a coûté un peu moins de 50 euros et ce n’est pas une mais des dizaines de monstres marins qui ont agité les eaux jusqu’à quelques centimètres de notre embarcation.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Plus de 1 400 baleines franches australes séjourneraient entre juin et septembre dans ce golfe. Elles restent visibles toute l’année dans ce qui est reconnu comme la plus grande concentration au monde de cette espèce de cétacés.

Autres véritables stars de ce côté du monde : les manchots de Magellan. road-trip-patagonie-actisphere-50

Et des otaries par centaines !

road-trip-patagonie-actisphere-54

On les observe à quelques mètres de nous, mener une vie paisible de farniente. Mais attention, quelques fois un orque vient gâcher la fête en se jetant sur elles la bouche ouverte. Il les gobe complètement !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A ne pas louper, au sud de Puerto Madryn (au sud de la péninsule en continuant sa route), Punta Tumbo ou la plus grande concentration de manchots de Magellan au monde !

road-trip-patagonie-actisphere-82

road-trip-patagonie-actisphere-81

Cherchez bien, on peut même admirer des autruches se prélasser  au soleil.

road-trip-patagonie-actisphere-74

Le glacier Perito Moreno pour en prendre plein la vue

Pourquoi on a aimé ?  Ce monstre de glace nous a émerveillé.

Il est un géant parmi les géants. Sur les 48 glaciers formés par le champ de glace sud de la Patagonie, il fait partie des trois seuls à progresser sans cesse. Chaque jour, il gagne du terrain sur le lac Argentino. Il avance en moyenne de deux mètres quotidiennement.

Le monstre s’étend sur une surface de 250 km2 et une longueur de 30 kilomètres.

road-trip-patagonie-actisphere-133

A noter qu’il est le plus connu (car facile d’accès) des glaciers mais des dizaines d’autres peuvent être observés.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous lui avons dédié un article “9 instantanés” il y a quelques temps : Son altesse le glacier Perito Moreno en 9 photos.

El Chalten pour admirer le Mont Fitz Roy et randonner autour

Pourquoi on a aimé ? Tout en violence, son relief impressionne. Après plusieurs milliers de kilomètres sur des plaines arides, il arrive comme une soupape.

Droit devant le Mont Fitz Roy

Droit devant le Mont Fitz Roy

Des dizaines de chemins de randonnée serpentes autour du Mont Fitz Roy.

road-trip-patagonie-actisphere-160

road-trip-patagonie-actisphere-157

Un vent continue souffle ici. Il est parfois impossible de planter sa tante ! Même la marche peut poser problème en cas de vents puissants.

road-trip-patagonie-actisphere-166 road-trip-patagonie-actisphere-164

road-trip-patagonie-actisphere-167

Où sont-ils ?

Juste avant de remonter une grande partie de la Patagonie, à mi-chemin de notre road-trip, une question reste sans réponse. Pourquoi nous rencontrons si peu d’habitants ?

Globalement, c’est une région très peu habitée, avec une densité de 3,8 habitants au km2. L’espace est dédié à l’élevage depuis l’arrivée des premiers colons européens, qui au passage ont exterminé les populations locales. Quelques tribus subsistent, en particulier tout au sud, au Chili et en Argentine, mais la majorité de la population descent des européens. Leur mode de vie et leur apparence ne diffèrent pas trop des occidentaux, voir des touristes comme nous. Est-ce pour cela que nous sommes moins enclins à échanger avec eux ? Pas assez exotiques pour nous les touristes ?! 

Les grands espaces que nous avons traversés ne sont pas le théâtre de légendes et mysticisme comme on peut le trouver tout au sud de la région. Ici et là, nous avons échangé quelques mots avec des argentins, coincés dans de tous petits villages isolés du reste de l’Argentine. Ils sont plutôt méfiants au premier abord, mais si l’on parle espagnol ils se détendent assez vite.

Ce que j’ai préféré, c’est voir le regard des anciens lorsqu’ils me parlaient de leur ancêtre italiens, espagnol ou français ; nostalgiques d’une époque qu’ils n’ont pu connaître, celles des pionniers venus chercher la liberté sans frontières.

«La Patagonie est condamnée à être l’un des espaces les plus purs de la planète. Quand les qualités originelles de l’air ne seront plus qu’un souvenir dans le reste du monde, en Patagonie elles seront une réalité de chaque jour et cela lui donne une valeur facile à calculer.» Luis Sepúlveda.

Je vous conseille vraiment la lecture de “Dernières nouvelles du Sud” (Métailié, 2012). J’en parlais d’ailleurs dans cet chronique globale :  Rêver d’Amérique du Sud avec Luis Sepúlveda.

La légendaire route 40

Pourquoi on a aimé ? Retour sur la route et non des moindres. La route 40 semble tout droit sortie d’une autre planète. On ne soupçonnait pas l’existence de ces montagnes et vastes étendues percées par une route et baignées dans une lumières incroyable.

road-trip-patagonie-actisphere-151

road-trip-patagonie-actisphere-148

Seuls à travers d’immenses étendues lunaires, le dépaysement est garanti !

road-trip-patagonie-actisphere-144

road-trip-patagonie-actisphere-143

road-trip-patagonie-actisphere-168

Le parc national Los Alerces pour rêver

Pourquoi on a aimé ?  Nous n’en avions jamais entendu parlé. Et pourtant, c’est maintenant l’un des endroits les plus marquants de notre périple en Amérique du Sud. Le hasard nous a amené dans cet îlot de fraîcheur et de liberté.

Vue globale sur la parc de Los Alerces

Vue globale sur le parc de Los Alerces

La présence humaine est presque invisible. Nous avons croisé seulement trois voitures et aucun randonneur. Plusieurs espaces de campings (gratuits ou payants) sont accessibles très facilement. Sur place, un coin sécurisé permet de faire un feu face au lac. La couleur du lac et des quelques bras qui l’entourent est assez incroyable. Et quel bonheur de savourer un repas puis d’allumer un immense feu en pleine nature !

Plusieurs chemins de randonnée sont accessibles, de 2 à 6h, en toute autonomie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dernière soirée près du feu et des rêves

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En résumé, pourquoi choisir de visiter la Patagonie en voiture ?

Si vous voulez jouir d’une liberté totale, découvrir des ptits coins oubliés des tours opérators et tenir un budget !

Heureusement, nous avions achetez nos billets pour l’Afrique du Sud juste avant de quitter Buenos Aires. Sans date limite, il se pourrait que nous y soyons encore… 😉 La prochaine fois, nous passerons certainement plus de temps dans le parc de Los Alerces et autour du Fitz Roy.

* L’article contient un lien partenaire.

  1. Bonjour,
    nous envisageons de faire un road trip en patagonie également sur 15j environ.
    Pourriez-vous me dire quel a été le cout de la location de voiture ?
    Merci
    Ben

    1. Bonjour Ben,
      La location de la voiture nous est revenu à environ 20 euros par jour. Mais attention, c’est très variable ! Nous avons payé en pesos argentins en profitant d’un taux de change très avantageux à ce moment là. Comme je le précise dans l’article, certains loueurs acceptent les pesos argentins et la facture baisse d’au moins 30% (exemple : Sixt). Je vous conseil d’en visiter plusieurs, les prix varient énormément selon le loueur et la période.
      Bonne chance et bon trip !
      Fred

    1. Bonjour Augustin,
      C’était en début décembre. Le climat était parfait à part le vent très fort au sud de la Patagonie. Mais c’est inévitable !
      Bon trip 😉
      Fred

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *