J’ai enfin lu la Bible

image

Certains livres sont lus et conseillés depuis des années, voir des millénaires. Il y a longtemps que j’entendais parler de cette fameuse Bible alors il y a quelques jours je suis passé à l’acte… Je parle évidemment de la Bible du Grand Voyageur éditée par Lonely Planet en septembre 2012 !

Trois voyageurs expérimentés se sont regroupés pour partager leurs conseils autour du voyage alternatif : Anick-Marie Bouchard, infatigable globe-stoppeuse, Nans Thomassey, que vous avez pu suivre à travers l’émission Nus et Culottés sur France 5 et Guillaume Charroin, voyageur et conférencier.

Paradoxalement, je ne suis pas spécialement fan des guides de voyage traditionnels. En tant qu’amateur d’imprévu et éternel curieux, je ne suis pas vraiment friand des ouvrages qui nous dictent ce qu’il « faut voir » ou « comment » . Cela tombe bien, ce n’est pas du tout l’objet de cette Bible du Grand Voyageur. L’intérêt est ici de fournir un éventail très large de conseils qui permettent de profiter pleinement d’un voyage au long cours et autonome. Actuellement en pleine préparation d’un tour du monde (départ en été 2013), inutile de vous dire que j’attendais ce livre avec impatience ! J’ai lu sur la toile quelques avis de la part de voyageurs assez expérimentés, voici le mien, celui d’un voyageur occasionnel mais en préparation d’un grand départ.

« Voyager mieux avec moins »

Premier constat : l’ouvrage ne se contente pas de prôner une certaine philosophie du voyage alternatif mais fournit des conseils très concrets sur les moyens de parvenir à une aventure autonome et riche. Il représente ce que je recherchai. J’avoue être fatigué de collectionner des tonnes d’articles de blogs dans mes favoris… Pour nombre de futurs voyageurs, ce guide répond donc à un vrai besoin.

L’utilité des conseils doit être jugée selon votre « degré d’expérience ». Pour ma part, j’ai déjà testé le stop (mais jamais sur de longs trajets), le camping sauvage quelques semaines et  déjà expérimenté le “choc culturel”. Cependant, mes expériences de voyages n’excédant pas une durée de deux mois je suis donc avide de connaissances et d’inspirations sur les techniques permettant d’optimiser son autonomie sur une (très) longue période. Autrement dit, j’ai trouvé mon bonheur en creusant cette mine d’informations !

On a souvent entendu parler de telle ou telle pratique de voyage (hébergement chez l’habitant, cargo-stop, travailler en voyage…) mais on ne sait pas forcément comment s’y prendre concrètement. Cet ouvrage est là pour nous inspirer.

Bivouac au dessus des nuages - Ile de la Réunion

Bivouac au dessus des nuages – Ile de la Réunion

Sur la forme, le guide est clair. On trouve cinq grandes parties :Préparer le grand départ – Se déplacer – Se nourrir – Se loger et Sécurité et santé.

Si vous êtes déjà partis au long cours ou êtes déjà bien informés, la rubrique « préparer le grand départ » est assez classique  et peut se révéler obsolète assez rapidement, tout comme la partie « sécurité et santé ». Cependant, elles ont le mérite d’aborder d’autres aspects comme les facteurs culturels et psychologiques ainsi que les spécificités du « voyage au féminin ».

Les trois principales rubriques : se déplacer, se nourrir et se loger offrent un très large éventail de techniques. Elles sont toutes analysées selon leur intérêt économique, écologique, humain et le degré d’aventure qu’elles représentent. Là encore c’est un moyen efficace de juger ces techniques selon sa propre expérience de baroudeur. Pictogrammes, schémas et témoignages complètent l’arsenal pour nous aider à se repérer et comprendre les méthodes décrites.

On trouve toutes sortes d’astuces et conseils pour se déplacer, allant même jusqu’à présenter le bateau-stop et l’avion-stop ! J’ai particulièrement apprécié les techniques concernant la génération de revenus en voyage. Une mine d’idées créatives y sont présentées. Assez rare également, les auteurs abordent les techniques du « digital nomade » : blogging, stockage de photos, matériel…

Certaines parties s’apparentent à un véritable « guide de survie » en expliquant par exemple comment fabriquer un réchaud à partir d’une canette ou comment se nourrir en pleine nature!

Assez original, les auteurs nous livrent aussi quelques pistes pour diminuer son empreinte carbone. Tous les voyageurs dotés d’une conscience environnementale se sont un jour posé la question de leur impact sur l’environnement, en particulier pour les trajets en avion. Ils nous présentent le principe de la compensation carbone, qui permet à chacun de calculer et diminuer sa production de Gaz à Effet de Serre.

Une rubrique enrichissante qui n’offre pas de solution magique mais qui a le mérite de questionner et de fournir quelques éléments concrets.

Le guide est très complet et il est alors difficile d’apporter un regarde critique sur les nombreuses techniques que je n’ai pas encore testées.  Je ne manquerai pas de vous en parler pendant et au retour du voyage !

Les petits + appréciés 

– les nombreuses citations

– les témoignages de voyageurs

– les astuces de cuisine sur la route

– les parties sur les huiles essentielles et l’homéopathie

– les sites web conseillés

Par le terme « Bible » comprenez « exhaustif » et non pas « donneur de leçons ». Les conseils prodigués par les trois apôtres-baroudeurs 😉 sont une invitation à la découverte, à l’aventure et au dépassement de soi. Ajoutez une bonne dose d’optimisme et vous obtiendrez la Bible du Grand Voyageur. Merci à ces trois passionnés qui partagent leurs expériences avec conviction ! C’est en définitive un guide engagé vers la prise en compte de l’autre et de l’environnement. Un véritable hymne au vagabondage qui contentera le voyageur occasionnel autant que le baroudeur chevronné.

Alors n’attendez plus, ruez-vous sur la Bible du Grand Voyageur 😉 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *