Escale de rêve sur l’archipel de Bazaruto, au Mozambique

image

Imaginez des eaux turquoises, troublées par la seule présence de poissons multicolores, dauphins, baleines et dhows. Imaginez d’immenses dunes et de fins bancs de sable. Imaginez un morceau de paradis où les hôtels et boutiques touristiques sont quasiment inexistants. Bonne nouvelle, ce lieu existe et il s’appelle l’archipel de Bazaruto.

Après notre découverte de Maputo, la capitale du Mozambique, et d’ Inhambane, ville charmante, nous voilà à Vinlankulo. La ville fait face à l’archipel de Bazaruto, connu pour ses dunes clinquantes et sa faune maritime exceptionnelle.

La plage de Vilanculos.

La plage de Vilankulo.

Les habitants profitent de la marée basse pour ramasser des crustacés.

Les habitants profitent de la marée basse pour ramasser des crustacés.

 

Nous voyageons au Mozambique sans guide et en orientant nos pérégrinations aux seuls conseils des habitants et expatriés. Ils étaient d’ailleurs tous unanimes : la côte mozambicaine est un trésor caché.

Plusieurs choix s’offraient à nous : Punta de Ouro, l’archipel des Quirimbas ou l’archipel de Bazaruto. Notre budget étant limité, il fallait choisir. Cette vue satellite nous a convaincus de nous diriger vers l’archipel de Bazaruto.

L'archipel de Bazaruto, vu du ciel.

L’archipel de Bazaruto, vu du ciel.

Nous avons découvert l’archipel de Bazaruto avec l’agence mozambicaine Sunset Dhow Safari. Avant de vous raconter en détails notre excursion de rêve, revenons à Vilankulo.

Un dhow : voilier  traditionnel importé par les commerçants arabes

Un dhow : voilier traditionnel importé par les commerçants arabes

Des enfants s'amusent à marré basse.

Des enfants s’amusent pendant la marée basse.

Vilankulo et l’archipel de Bazaruto : un trésor caché !

Il y a plus de 10 000 ans, l’ensemble des îles n’était qu’une prolongation de la péninsule. Aujourd’hui, cinq îles sont réparties dans la baie : Bazaruto, Benguera, Magaruqye, Santa Carolina et Bangué. Ce petit paradis est classé parc national, donc protégé, depuis 1971. On y accède depuis la ville de Vilankulo.

Le centre-ville de Vilankulo 

Le marché central de Vilanculos

Le marché central de Vilankulo

A l'ombre d'une boutique à Vilanculos

A l’ombre d’une boutique

Vilanculos à l'heure de la sieste.

La ville à l’heure de la sieste.

 

Vilankulo est une ville animée. Devant les façades colorées du centre-ville, les chopelas (tuk-tuk locaux) se bousculent pour déverser le flot de villageois dans les allées du marché central. Les couleurs et l’agitation nous replongent directement en Inde ! Ce n’est pas un hasard. La ville étant ouverte sur l’océan indien, on y trouve des épices et autres produits du sous-continent.

La vie se déroule au rythme des marées et du soleil (les deux sont d’ailleurs intimement liés). Dès que la mer se retire les habitants se ruent par centaines sur les kilomètres de lagons et de plages pour ramasser des crustacés. D’autres, plus aventureux, plongent avec un harpon en espérant sortir barracudas ou maquereaux. De 11h à 14h, le soleil est si fort que les rues et plages sont désertes. Il faut attendre le coucher du soleil pour que les mozambicains se prélassent près de l’océan. Ils ouvrent les portes de leur voiture et diffusent les derniers tubes du pays à pleines enceintes ! Cette coutume locale prend tout son sens le dimanche. Partout dans le pays c’est le jour de fête et qu’importe si l’on travaille le lendemain !

A Vilankulo, il n’y a pas un moment de la journée qui ressemble à l’autre.

Une hutte de Vilanculos.

Les huttes traditionelles de Vilankulo

Retour aux racines pour Fanny, à l'heure du coucher du soleil.

Retour aux racines pour Fanny, à l’heure où le soleil se couche.

 

Dès le 15e siècle, bien avant la colonisation portugaise, les côtes mozambicaines étaient un point de rencontre entre les civilisations perses, arabes et malgaches. De cette époque, il ne reste rien à part les dhows. Ces petis bateaux à voile ont été importés par les commerçants arabes. Ils sont reconnaissables à leur mât orientable et leur voile de fortune. Aujourd’hui, ils sont utilisés par les pêcheurs mozambicains toute l’année et par tous les temps. Même le plus modeste pêcheur peut se fabriquer cette embarcation pour faire subsister sa famille.

Les pêcheurs sur le retour.

Les pêcheurs sur le retour.

Vers l’île de Bazaruto

L’île la plus connue de l’archipel du même nom a une particularité assez étonnante. Depuis la plage de Vilankulo, nous apercevons une masse blanche au beau milieu des eaux turquoises de l’océan indien. Il s’agit de la dune de l’île de Bazaruto.

Au loin, la dune de l'île de Bazaruto

Au loin, la dune de l’île de Bazaruto

 

A 8h, nous embarquons sur un petit bateau à moteur avec deux autres couples et notre équipage. Mario et Dionisio, respectivement capitaine et cuisinier,  veilleront sur nous. Pour l’île de Bazaruto, la distance est trop importante pour utiliser un dhow. Un petit bateau à moteur fera l’affaire.

Fanny à bord !

Fanny à bord !

Sur le trajet, nous avons la chance d’apercevoir des dauphins. Ils font éruption plusieurs fois à quelques mètres de nous ! Soudain, une raie manta surgit de l’eau turquoise. Certaines ont une envergure de huit mètres ! Celle-ci ne mesure « que » deux mètres mais c’est déjà gigantesque.

L’île de Bazaruto apparaît. Tout de suite, nous admirons cette énorme dune qui semble s’être évadée du Sahara.

Le port d'arrivée avec la dune en toile de fond.

Le port d’arrivée avec la dune en toile de fond.

 

Des pêcheurs, hommes et enfants, y font escale. Apparemment le coin grouille de poissons. Un enfant marche sur le sable bouillant, le sourire aux lèvres. Il porte une dizaine de poissons dans chaque main ! Ces pêcheurs sont les seuls à profiter des eaux de l’archipel. Il y aurait près de 3 000 habitants sur l’ensemble de l’archipel. Difficile de s’imaginer à quoi ressemble la vie de ces mozambicains, dans un décor de rêve mais constamment dans la fournaise et la manque. Toutes les îles de l’archipel sont habitées mise à part la minuscule Bangué.

Des insulaires

Des insulaires en pleine pêche.

Des insulaires en pleine pêche.

Grimper sur la dune

La dune aperçue depuis Vilankulo se révèle enfin. Une quinzaine de minutes suffisent pour se hisser au sommet et admirer la vue. Inoubliable !

Au sommet de la dune !

Au sommet de la dune !

Nous profitons de la vue de longues minutes.

Nous profitons de la vue de longues minutes.

Vue sur l'archipel à marrée basse.

Vue sur l’archipel à marée basse.

Fanny médite...

Fanny médite…

Fred jouit de l'espace...

Fred jouit de l’espace…

Un masque, un tuba et du rêve

Le point d’orgue de l’excursion arrive. Nous plongeons avec masque et tuba (snorkeling) vers un récif de corail de 2km. Nul besoin de faire de la plongée ! A certains endroits, nous sommes séparés de seulement 2m avec les coraux multicolores.

Fanny est aux anges.

Fanny est aux anges.

La température flirte avec les 30 degrés. La tête sous l’eau, le voyage commence. Nous scrutons les coraux. Ils sont bleus, roses, verts et de forme parfois très originales. Nous voyons toutes sortes de poissons exotiques, des serpents et étoiles de mers. Quel regret de ne pas avoir d’appareil photo étanche pour vous montrer tout ça !

Un festin de fruits de mer

Retour sur l’île de Bazaruto. Pendant que Mario et Dionisio préparent le repas, nous nous prélassons dans l’eau bouillante. Le paysage est tellement figé que s’en est presque angoissant. Et nos panses gargouillent d’impatience…

En pleine méditation sur la couleur de l'eau...

En pleine méditation sur la couleur de l’eau…

L'île de Bazaruto à marée basse.

L’île de Bazaruto à marée basse.

L'île de Bazaruto à marée basse.

L’île de Bazaruto à marée (très) basse.

La préparation du repas.

La préparation du repas.

 

Abrités par une toile tendue par quatre piquets, nous profitons d’un délicieux repas composé de macros et crevettes grillés au barbecue, avocats, riz aux petits légumes et autres fruits de mer. Le poisson a été acheté dix minutes plus tôt aux pêcheurs originaires de l’archipel. Comment manger plus frais ?

Le festin

Le festin va commencer !

L'heure de la sieste.

L’heure de la sieste.

L’île de Benguerra pour finir la journée

En arrivant sur l'île de Benguerra

En arrivant sur l’île de Benguerra

 

Dernière découverte sur l’archipel de Bazaruto : l’île de Benguerra. Elle renferme des lacs intérieurs, une eau critalline et des étendues de sable à perte de vue.

Sur l'île de Benguerra

Sur l’île de Benguerra

Les crabes sont les principaux habitants de l'île... ,)

Les crabes sont les principaux habitants de l’île… ,)

Sur l'île de Benguerra

Sur l’île de Benguerra

 

Cette journée a été riche en découverte mais fatiguante. Nous regagnons Vilankulo épuisés. Le snorkeling n’est pas de tout repos et le soleil tape très fort. Ci-dessous quelques conseils si vous souhaitez vous aussi vous laisser séduire par l’archipel.

– Choisir votre agence et votre excursion –

Il est interdit et fortement déconseillé de se rendre sur l’archipel en payant des pêcheurs. Ils ne sont pas équipés de moteurs donc le retour est très incertain. Pour cette raison, nous avons opté pour une agence locale.

Pourquoi choisir Sunset dhow Safari ? Tout simplement car le courant est bien passé et parce que le responsable est mozambicain. Tout au long de notre voyage, nous nous efforçons de faire travailler les entreprises locales. L’équipage est disponible pour donner des explications sur la faune et la flore et vraiment enthousiaste.

Jeff, créateur de l’agence, a vu passer des sourires du monde entier et a plus d’une anecdote à raconter. « Beaucoup de voyageurs ont la chance d’apercevoir des dugongs (ou vache de mer) depuis le bateau. En Afrique, ils n’existent qu’ici ! ». 

Pour ceux qui passeraient plus de temps sur l’île, Jeff conseille une excursion sur l’île Santa Carolina. Elle renferme des ruines coloniales et les abords sont excellents pour le snorkeling.

SUNSET DHOW SAFARI _ ARCHIPEL DE BAZARUTO

– Conseils pour la découverte de Vilankulo –

– Passez voir Jonas, au point d’infos touristiques. Ce n’est pas une agence, leur seule fonction est de vous aider. Demandez-lui une carte et indiquez-lui votre budget. Il vous donnera des idées d’activités et d’hébergement.

– Pour l’hébergement justement, nous conseillons l’hôtel “Zombie Cucumber” qui dispose d’un dortoir et d’un cadre vraiment agréable avec des prix raisonnables.

– Levez-vous tôt, la ville s’éteint de la fin de matinée au milieu d’après-midi.

– Evitez de vous rendre à Vilankulo pendant les vacances sud-africaines. Le lieu perd sa magie et devient un “nid à 4X4”.

– Venez avec quelques rudiments de langue portugaise pour échanger avec les habitants. Les jeunes parlent néanmoins souvent anglais et parfois même français.

Je lève les bras, l'océan s'écarte... ;)

Je lève les bras, l’océan s’écarte… 😉

L’archipel de Bazaruto n’est pas le seul intérêt de Vilankulo. Prenez le temps d’explorer les alentours et de savourer le rythme de la vie locale. Nous avons adoré acheter nos produits au marché. C’est ici que nous apprenons la langue portugaise, en négociant notre kilo de riz ou nos papayes grosses comme des pastèques !

Est-ce que vous connaissiez cet endroit du Mozambique ? Est-ce que cela correspond à la vision que vous aviez du pays ?

 

  1. Le Mozambique, j’y ai déjà songé plus d’une fois et j’avoue rester à chaque fois plutôt hésitant, avec l’impression que ça n’est pas vraiment la destination qui fonctionne bien pour qui voyage avec son sac à dos.
    C’est clair que la côte et cet archipel, ça fait clairement envie, mais hâte d’en lire plus quant au reste du pays car on trouve peu d’infos sur le Mozambique !

    1. Salut Laurent,
      C’est vrai que les déplacements au Mozambique sont très problématiques. Il est aussi très difficile de trouver des informations sur certaines régions isolées mais pourtant vraiment fascinantes. La plupart des voyageurs au Mozambique sont sud-africains et ils se déplacent en avion d’un resort à l’autre… Mais on trouve de plus en plus de voyageurs indépendants attirés par l’aventure.
      Personnellement, c’est justement le manque d’info et la difficulté qui m’ont attiré vers ce pays. Si l’on voyage pour l’inattendu et la surprise, c’est le top !
      Bon j’avoue quand même qu’il m’est arrivé de douter lorsque je suis par exemple resté coincé 7h dans le train ou crevé une roue en pleine brousse 😉

  2. Sublissime! vous avez touché le paradis, il existe si si!

    Merci pour le partage

    des gros bisous

    Fanny tu es belle!

    taty Nat

    1. Merci ! C’est vrai que ça ressemble bien au paradis terrestre… mais finalement on peut vite s’y ennuyer ! Heureusement, la ville de Vilankulo bouge bien !
      Gros bisous de nous deux.

  3. Fabuleux !!! Nous envisageons mon ami et moi même, arrivant par vol à Johannesburg, de séjourner (en itinérant) au Mozambique Sud, puis Swaziland et retour Afrique du Sud. Barazuto est une de nos escales et à voir vos photos, vos commentaires, je suis très enthousiaste. Merci de nous avoir fait partagé ce trésor d’aventures.
    Très cordialement.

  4. Une petite question svp :
    notre souci est la location de voiture. Nous comptons la louer de Johannesburg et passer la frontière. avez vous eu cette situation ? cela s’est il bien passé ? avez vous eu besoin d’autorisations ou d’assurances spécifiques et comment les avez vous obtenues ? je vous remercie par avance. Cordialement.

    1. Bonjour David.
      Nous avons aussi loué une voiture, mais sommes seulement restés en Afrique du Sud. Il n’y a pas de soucis pour le Swaziland je pense. Par contre pour le Mozambique, le gros problème est sans doute la corruption. La police se fait un plaisir de racketter les touristes… Avec un peu de diplomatie, cela devrait aller. Au sud du Mozambique il y a énormément de touristes sud-africains. Je pense que le problème de la corruption se poserait davantage dans le centre et nord du pays.
      Bon voyage !
      Fred

      1. Merci Fred de ces informations… ouf, nous n’allons que dans le sud… lol.
        Nous partons dans une semaine et nous avons hâte de découvrir ces trésors.
        Bien cordialement.
        DAvid

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *