Dharamsala ou le « Petit Tibet »

image

Vous êtes en Inde et vous cherchez un coin calme, l’air frais et de multiples activités culturelles ? Faites comme nous, filez à Dharamasala ! Nous avons passé près d’une semaine entre la randonnée, le bénévolat, les dégustations et les découvertes culturelles.

Lancés sur une route à flanc de falaise, à bord de notre bus rutilant, nous contemplons les macaques bondissant de pierres en pierres pour traverser les ruisseaux. La nuit est sombre mais nous remarquons un détail. Un drapeau multicolore de prières tibétaines nous annonce l’arrivée au « petit Tibet ».

Mc Leod Ganj, une bourgade animée

En 1960, le 14e Dalaï Lama fuit le Tibet envahi pour se réfugier ici, invité par le premier ministre indien, avec son gouvernement. L’année précédente, l’Inde avait accordé l’asile à 80 000 tibétains. Depuis cette date, la communauté ne cesse de s’agrandir. Ils sont aujourd’hui plus de 150 000. Ils vivent en grande majorité à Mc Leod Ganj, dans la partie nord de Dharamasala. S’y concentrent : les restaurants tibétains, les centres culturels, les magasins artisanaux, le musée du Tibet et le Tsuglagkhang Complex, qui comprend le musée, le temple Kalachakra et la résidence du Dalaï Lama.

Le lieu est animé et vraiment plaisant mais ne vous attendez pas à une petite ville charmante ! Les rues de Mc Leod Ganj ne sont pas spécialement belles mis à part le temple qui trône au milieu des deux rues principales.

Aux alentours

Baghsu et Daramkot sont deux minuscules villages perchés un peu plus haut sur les collines. Nous décidons de séjourner à Baghsu, juste devant le petit temple dédié à Shiva. Nous avons apprécié déjeuner sur la terrasse ensoleillée de l’hôtel Sky Pie et dîner au restaurant tibétain juste un peu plus haut.

D’ici nous avons notamment assisté aux festivités de Diwali. Au cours de cette fête qui marque l’entrée dans le nouvel an du calendrier indou, tout le monde se retrouve dans les rues et allume des pétards. Les membres de la famille s’offrent des cadeaux et dégustent un copieux repas. Les propriétaires du restaurant tibétain nous ont d’ailleurs servi double ration ! On se souvient encore des délicieux momos et des bananes cuites au four avec…. du Nutella !! Sans oublier le délicieux thé au gingembre et miel…

Randonnées autour de Dharamsala

La vallée offre de nombreux chemins de randonnée de 1500 à 3500m d’altitude avec des vues sur le sommet de 5000m. Dès que le soleil se lève, nous enfilons nos chaussures de randonnée pour nous balader autour du point de vue de Triund. Nous nous perdons souvent car rien n’est balisé ! Heureusement, il y a toujours une cabane à thé ou un ashram pour nous renseigner.

On pourrait presque se croire dans les Alpes, à quelques exceptions près : on croise une dizaine d’aigles sur le chemin, aucun panneaux ne nous renseigne, certains indiens grimpent en tongs, les drapeaux de prières tibétaines complètent le paysage et le thé est à 0.30 euros !

Tous les soirs nous regagnons notre hôtel 3km plus loin, juste le temps d’admirer les fabuleux coucher de soleil.

Découvrir la culture tibétaine

En fin de journée, plusieurs cafés ou associations organisent des projections de documentaires et films sur le Tibet. Ils proposent des formules qui permettent de visionner le film en dégustant de délicieux momos avec un thé tibétain. Les bénéfices sont souvent reversés à une association qui œuvre pour les tibétains.

Nous avons, entre autre, apprécié notre soirée à l’association Learning & Ideas for Tibet (sur Jogibara Road). L’accueil est chaleureux, les momos délicieux et le travail de cette association est remarquable !

Juste à côté, vous pouvez vous installer dans le confortable et très actif Hope Café, qui lui aussi propose des soirées documentaires et animations autour de la culture tibétaine.

Si vous souhaitez en apprendre un peu plus sur la cause tibétaine et la culture du « toit du monde » deux lieux sont incontournables :

Au Tibet Museum,  vous trouverez un résumé de la situation tibétaine avec photos et archives.

La bibliothèque tibétaine (Library of Tibetan Works & Archives) regorge d’ouvrages et de journaux. Vous la trouverez au Gangchen Kyishong complex (le quartier central de l’administration tibétaine en exil).

A la rencontre des tibétains

En Inde, Dharamsala est le lieu à privilégier si vous souhaitez rencontrer des tibétains.

Nous avons rejoint pour quelques jours une association qui donne des cours de langues étrangères aux réfugiés. Pour les cours de français, nous assistons le professeur en accompagnant les étudiants. Ils ont des niveaux différents au sein de la classe. Les nouveaux élèves ont beaucoup de difficultés pour suivre lorsqu’ils arrivent en cours d’année. Nous les avons aidés à comprendre le cours et répondu à leurs interrogations.

En fin d’après-midi, nous rejoignons des groupes de discussions en anglais. C’est une excellente manière de se faire des amis et d’apprendre sur la culture tibétaine ! Ils sont heureux de pouvoir partager leur expérience avec nous.

La plupart ont fuit le Tibet clandestinement, au prix d’un périple à pied d’un mois, de nuit, à travers l’Himalaya. Leur histoire est  fascinante. Ils racontent leur vie avec une grande dignité et sans aucun message de haine vis à vis des chinois.

Voici le nom et adresse des associations que nous avons rencontrées. N’hésitez pas à les contacter ou aller leur rendre visite !

Lha (sur Temple Road) : possibilité de faire du bénévolat à court et long terme dans l’enseignement du français, de l’anglais et de l’informatique. www.lhasocialwork.org

Learning & Ideas for Tibet (sur Jogibara Road) : association qui propose des groupes de discussions thématiques sur des sujets de société ainsi que des projections de films. www.learningandideasfortibet.org

Gu Chu Sum Movement (sur Jogibara Road) : association qui s’occupe des anciens prisonniers politiques en recueillant leurs témoignages et prenant en charge leur réinsertion. Toutes les fins de journée, vous pouvez venir discuter en anglais avec des étudiants. Ce groupe de discussion est partie intégrante de leur cursus. www.gu-chu-sum.org

A Dharamsala nous avons beaucoup appris grâce au bénévolat et à la gentillesse des voyageurs et locaux. Cette escale de quelques jours s’est avérée vraiment reposante après notre long périple du sud au nord de l’Inde. Nous quittons la ville en espérant que la situation des tibétains trouve une issue pacifique.

  1. Quel bonheur ce billet, je retrouve les sensations de notre voyage à Mc Leod en 2012, j’ai en mémoire les momos si gentiment offert par nos amis les tibétains…tout m’est revenu en mémoire, les odeurs, les gens, les visages, les vues splendides et les sons tibétains…Tashi Delek

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *