Brève N°72 – Sur l’île du Mozambique

image

La remontée vers le nord du Mozambique s’avère plus difficile que prévu. La seule route en « bon état » du pays prend des allure de terrain vague dès que l’on passe le fleuve Zambèze. Au prix de très longues attentes et de transports mémorables, nous arriverons enfin sur Ilha de Mozambique.

Au départ de Beira, immense ville portuaire déchue, nous prévoyons d’être sur l’île du Mozambique dès le lendemain. Quelle naïveté ! Nous étions loin d’imaginer les péripéties qui suivront.

En trois jours, nous connaissons des nuits en tente près de lieux qui empestent le poisson, des moments de solitude lorsque qu’un minibus nous abandonne en pleine nuit dans une « ville-déchetterie » et une crevaison au beau milieu de la brousse. A cela, ajoutons les policiers corrompus qui ne manquent pas une occasion d’essayer de nous racketter.

Au bord de l’épuisement, nous arrivons enfin sur Ilha de Mozambique.

C’est un lieu historique qui a longtemps été un point de rencontres des cultures africaines, européennes et asiatiques. Sa position sur les routes commerciales de l’océan indien dès le 15e siècle n’y est pas pour rien.

Le navigateur Vasco de Gama débarqua ici en 1498 et, dès 1507, la présence portugaise se développa sans cesse. Les colons ont contrôlé le pays depuis cette île avant de déplacer la capitale à Maputo et d’accorder l’indépendance au Mozambique en 1975.

Dans les ruelles de l'île du Mozambique.

Dans les ruelles de l’île du Mozambique.

Vue sur le port et les façades des maisons coloniales.

Vue sur le port et les façades des maisons coloniales.

Une île inoubliable

Sur seulement 3km de long et 500m de large, l’île est un concentré de ruelles ombragées, bâtiments coloniaux et ports de fortune. Sur ce petit morceau de terre entouré d’eau turquoise, on peut tomber sur des églises, des mosquées et un temple hindou. Toute la diversité de la population mozambicaine se retrouve ici, dans un microcosme fascinant.

Une temple hindou sur l'île de Mozambique

Une temple hindou sur l’île de Mozambique

Parmi les découvertes, nous retenons la chapelle Nossa Senhora de Baluarte. Construite en 1522, elle est le plus vieil édifice européen apparu sur l’hémisphère sud. Un peu plus loin, nous restons songeur devant les « enclos » qui servaient à parquer les esclaves qui allaient être déportés vers l’Amérique du Sud.

LE

La chapelle Nossa Senhora de Baluarte

Les esclaves arrivaient ici avant de partir pour des destinations inconnues.

Les esclaves arrivaient ici avant de partir pour des destinations inconnues.

 

Au coucher du soleil, nous préparons notre repas avec les produits du marché. Des hordes d’enfants nous suivent constamment. Je sors mon harmonica et nous passons ensemble un bon moment !

Beaucoup de bâtiments historiques sont laissés à l’abandon. Des familles misérables y trouvent un refuge rassurant pendant que d’autres dorment sur les trottoirs délabrés. L’île n’est pas qu’un musée à ciel ouvert. Elle est encore peuplée d’une communauté de pêcheurs traditionnels. Les habitants survivent grâce à la pêche en dhows (boutres héritées des pêcheurs arabes) et du commerce.

Un dhow revient de la pêche.

Un dhow revient de la pêche.

La ville de Makuti, la "face B" de l'île.

La ville de Makuti, la “face B” de l’île.

Malgré les transports chaotiques, la difficulté de trouver de la bonne nourriture et l’extrême chaleur, nous persévérons à parcourir ce pays. L’île du Mozambique restera l’une des escales les plus marquantes de toute notre aventure.

Un KFC livré à domicile ! Classe nen ?!

Un KFC livré à domicile ! Classe nen ?!

Un commentaire sur "Brève N°72 – Sur l’île du Mozambique"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *