Brève N°39 – Dans les entrailles du Pérou

image

Remonter jusqu’au bassin amazonien par le centre du Pérou n’est pas si facile. Dès les premières heures de notre périple, un autre visage du pays s’offre à nous.

Nous laissons Cusco derrière nous et levons le pouce en direction d’Ayacucho à partir de la ville d’Abancay. Les routes qui rejoignent le centre du Pérou sont dans un piteux état. Autre problème, très rares sont les habitants qui possèdent un véhicule. Ces régions sont parmi les plus pauvres du pays.

Par chance, nous tombons sur Celso, un routier péruvien qui a vécu en Italie. Il se montre très enthousiaste à l’idée de faire un bout de chemin avec nous. En camion, il nous faut huit heures pour parcourir les 150 kilomètres qui nous séparent de la ville d’Andahuaylas. Plusieurs accidents ralentissent notre parcours. Parfois, il nous faut descendre du camion pour retirer des pierres sur le chemin. Celso tient absolument à nous inviter à manger en compagnie de ses amis routiers. A plus de 3000m d’altitude dans un abri de bois et de bâches, nous dégustons des patates et du fromage local cuisinés au feu de bois.

Plus tard, nous traversons des villages qui semblent tout droit sortis d’une autre époque. Les maisons sont construites en adobe suivant la technique vieille de plusieurs millénaires. Rares sont celles qui sont achevées. Les trottoirs, quand il y en a, sont parsemés de trous gigantesques. A Andahuaylas, les passants sont très étonnés de notre présence. Plusieurs nous questionnent sans ménagement, nous offrent des fruits ou nous dévisagent de loin.

Trois jours après notre départ, nous sommes à Ayacucho, chef lieu de la région du même nom. Elle est tristement célèbre pour avoir été le bastion de l’organisation terroriste du Sentier Lumineux, responsable de la mort de dizaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, la ville connait un second souffle en tentant de s’imposer sur la carte touristique du Pérou. Le défi est de taille car elle est en partie aux mains des narcotrafiquants et la culture de la coca reste très ancrée.

Nous profitons de notre présence ici pour tenter de comprendre les spécificités de cette région et découvrir la gastronomie locale. Dans quelques jours, nous mettrons le cap vers Iquitos, plus grande ville au monde sans accès routier, enfouie dans l’Amazonie.

  1. Bonjour,
    Je ne sais pas trop ou vous en etes de votre voyage vers Iquitos, mais ne ratez pas la visite des environs de Chachapoyas, magnifiques et riches d’histoire et de treks sur des chemins incas et pre-incas. J’y habite une partie de l’annee mais malheureusement n’y suis pas actuellement pour vous accueillir. Bon voyage !

    1. Bonjour Katia,
      Merci pour cette recommandation. Nous n’avons pas découvert Chachapoyas mais nous y penserons la prochaine fois !
      A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *