Brève n°35 – Dans les profondeurs du canyon de Cotahuasi

image

La route qui mène au canyon de Cotahuasi est éprouvante. Pendant près de douze heures, nous traversons d’obscurs déserts et sommets andins sur un chemin en bordure de ravin. Nous voilà enfin au village. L’aventure peut commencer.

Nous décidons de partir randonner en totale indépendance. Nous dormons en tente puis cuisinons au réchaud. Les paysages qui nous entourent nous laissent sans voix. On ne peut être plus heureux qu’en se réveillant devant le spectacle de la nature.

Notre premier jour de marche est exténuant. Pendant huit heures, nous dévalons une pente vertigineuse pour rejoindre le fond du canyon sur 2 000m de dénivelé. De nombreux habitants de l’ethnie Quechua nous tiennent compagnie. Nous n’avons pas de carte pour ce périple. Les indications et conseils des habitants nous suffisent. Ils sont heureux de partager un petit bout de chemin avec nous ! Ils nous racontent leur quotidien fait de récolte du kiwicha, du quinoa, et du maïs violet. Ici la vie n’a pas changé depuis des siècles. Seul la venue des conquistadors espagnols a bouleversé la vie du peuple andin descendant des incas.

Dans les nuages, le bal des condors rythme nos pas pendant cinq jours. A chaque village nous sommes accueillis comme des rois. Des femmes coiffées de chapeaux colorés nous gratifient d’un large sourire. Les hommes se montrent très curieux sur nos origines et les raisons qui nous poussent à venir les voir ici, dans un des coins les plus isolés d’Amérique du Sud. Chaque midi, nous nous installons dans un petit coin de paradis pour dévorer les falaises rougeâtres. Le paysage est d’une violence inouïe. Ce canyon est le plus profond du monde, avec ses 3 535 mètres, entouré par des sommets de plus de 6 000m. Le soir nous rejoignons la chaleur des maisons en adobe pour déguster les produits du terroir local.

La fin du périple nous amène aux bains chauds de Luicho. En cinq jours de fort dénivelé nous avons frôlé nos limites physiques. Après une thalasso naturelle, la douleur n’est plus qu’un souvenir parmi les dizaines d’autres qui font de cette aventure une expérience inoubliable.

A suivre sur le blog, le récit complet de cette aventure avec photos et conseils si vous prévoyez de vous rendre dans le canyon de Cotahuasi. Restez connectés !

Un commentaire sur "Brève n°35 – Dans les profondeurs du canyon de Cotahuasi"

  1. Vous êtes vraiment courageux. Faire toute cette marche… mais avec un si beau paysage ça doit bien vous motiver. En tout cas merci de nous faire voyager. Gros bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *