Hors des sentiers battus, la Wadiya

image

Voyager hors des sentiers battus c’est avoir l’audace de partir à la découverte de pays dont on parle peu. Ne vous limitez pas aux panneaux publicitaires aperçus par la vitre du métro. La république de Wadiya bénéficie d’une situation géographique avantageuse comme l’atteste le bulletin météo provenant de sources officielles.

Pas besoin d’emmener vestes, jeans ou k-way ! Je n’ai pas eu l’occasion de m’y rendre mais j’ai trouvé sur le net quelques informations sur cette destination que l’on connaît très peu.

Le paradis du Touriste

Vous recherchez la destination idéale pour vos vacances ? La Wadiya semble être prête à vous accueillir à bras ouverts!  Le pays est facile d’accès, par « avions détournés ou randonnées transfrontalières ». Si vous parvenez à vous rendre sur place, la Wadiya  a beaucoup à offrir !

Le site officiel du Tourisme propose les excursions suivantes.

Au Zoo national wadiyen, venez admirer  pandas, tigres blancs et officiels d’Amnesty International. Il paraît même que l’on peut leur jeter des poissons, de la viande de phoque et des journalistes étrangers. Au Musée wadiyen des Sciences, les  créations du génie Aladeen sont mises à l’honneur.  Découvrez un vaccin contre la grippe porcine, un aérosol au fromage ou apprenez comment le Guide a réinventé l’ampoule électrique.  Les visiteurs sont récompensés s’ils réussissent à enrichir de l’uranium. Généreux ! Rendez-vous au bureau Wadiyen des Sites Historiques pour découvrir ce que le guide suprême a décidé de conserver. Visitez la grande Pyramide Tribale de Wadiya, seul vestige de l’époque pré-aladeenienne .  Vous pourrez admirer la statue de la Déesse d’Or de la Fertilité (3 000 ans tout de même !) aujourd’hui refondue et remplacée par une statue à l’effigie du Guide Suprême. Le Parlement National est visible à toute heure, tous les jours de l’année. La chambre est en effet vide puisque le Guide a considéré tout débat politique inutile vu le climat démocratique exemplaire qu’il règne sur la République.

Un peu d’histoire

Wadiya est une région où circulent des légendes envoutantes. Un arc-en-ciel aurait fendu le cielpour y déposer Omar Aladeen directement  sur le trône. Il se serait mis au monde lui-même et aurait même coupé son cordon ombilical. Un premier discours critique sur les nations occidentales l’aurait intronisé chef du pays dès son plus jeune âge. Aujourd’hui, le pays baignerait dans le bonheur complet et les nouveaux projets d’investissement fusent. Récemment, les Wadiyan Games ont été organisés et toutes les télévisions du monde ont salué le bon déroulement de la compétition. Le pays pourrait être organisateur de la Coupe du Monde de football d’ici 2030…

Vous l’aurez compris, je parle bien sûr du film  The Dictator sorti en salle le 20 juin !

Beaucoup moins acerbe que l’avait été  Borat (sorti en 2006), il est néanmoins une bonne caricature, drôle et décalée. Plus exactement, il est une caricature de l’image construite par les médias et renvoyée par nos postes TV. L’humour et le grotesque sont utilisés pour jouer avec les préjugés. L’américain moyen, la bobo écolo de Brooklyn, le dictateur africain… tout y passe !  Malgré quelques passages à vide, le film provoque une bonne dose de fous rires. J’avoue que je m’attendais à un “produit” plus corrosif de la part de Sacha Baron Cohen. On est plus dans la farce cinématographique que dans le pamphlet satirique.

Lors d’un voyage, on peut parfois être confronté à une dure réalité: absence de liberté d’expression, préjugés, régime autoritaire…L’humour est un bon moyen d’en parler et surtout lorsqu’il n’épargne personne!

Les informations ci-dessus ne proviennent pas de mon imagination mais bien d’un site créé par l’équipe du film. La sortie a été soigneusement orchestrée par la création de sites web, applications et profils sur des réseaux sociaux. Découvrez comment le film a réussi à faire monter le buzz ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *